L’art du sacrifice au go

L’art du sacrifice au go

Vous ne l’avez peut-être pas encore remarqué, mais le site a eu une petite retouche graphique récemment ! Tous les anciens diagrammes qui étaient des images png sont maintenant générés avec du javascript. Cela rendra le changement de design du site beaucoup plus simple et dynamique à l’avenir. Aussi, les tsumegos sur le bandeau à droite ne sont plus de simples images. Vous pouvez maintenant utiliser le lecteur pour résoudre le problème ! J’espère que ces changements vont plairont, n’hésitez pas à donner vos impressions en commentaire.

Pour l’heure, on va aujourd’hui aborder un nouveau sujet : le sacrifice. C’est une tactique présente dans bon nombre de jeux de stratégie, et le go ne fait pas exception !

Quand on débute, on a souvent tendance à vouloir sauver toutes ses pierres. On a l’impression que c’est un drame de se faire capturer quelque chose. Alors que bien au contraire, il est généralement banal et usuel de perdre des pierres tout le long de la partie. Sans que cela soit une erreur, cela peut justement venir d’un sacrifice ou d’un échange.

Vous allez voir qu’il existe de nombreuses façons de sacrifier des pierres intelligemment au go !


En réalité vous connaissez déjà une technique qui implique un sacrifice. Comment ça vous ne voyez pas ? Si vous avez lu les premiers articles de ce site vous devriez voir de quoi je parle ! C’est le snapback :

Bon ok, en réalité ce n’est pas vraiment un sacrifice car blanc n’a aucun intérêt à capturer la pierre noire (sauf menace de ko).


Le damezumari

Regardons donc à présent des techniques qui nécessitent réellement de donner des pierres à l’adversaire pour arriver à ses fins. Commençons avec un exemple simple

C’est à blanc de jouer, et son objectif est de capturer les trois pierres noires marquées. S’il se contente de réduire les libertés sans trop réfléchir, noir s’en sort facilement :

L’astuce consiste à sacrifier une pierre :

Noir ne peut plus connecter en A car il se retrouverait en atari en B ! Voyez comme le sacrifice de la pierre blanche a permis de réduire les libertés du groupe noir. Dans cette situation on dira que blanc est en damezumari, c’est à dire en manque de libertés.


Un faux œil

Autre cas qui arrive abondamment en partie : les faux yeux. Lorsque vous vous trouvez face à un tsumego, il est très fréquent de devoir sacrifier une pierre pour créer un faux œil. Prenez cet exemple :

Blanc doit sacrifier une pierre en 1 pour créer le faux œil.

Même si noir capture cette dernière, le groupe est mort car il n’a qu’un seul vrai œil !


Encore un autre exemple de sacrifice dans un tsumego :

Si blanc fait un simple atari, noir s’en tire avec deux yeux bien visibles :

L’idée va donc être de créer un faux œil grâce à un sacrifice habile

Avec le sacrifice de blanc 1, noir ne peut pas connecter en A, car les deux pierres marquées sont en atari ! Il est donc obligé de capturer la pierre blanche en 2 :

Blanc 3 achève alors la séquence en créant un faux œil.


Ishi no shita, vol. 1

Voici encore un exemple. Cette fois-ci un peu plus compliqué ! Il va servir d’introduction a une belle technique qui devrait vous plaire 🙂

C’est à blanc de jouer, et la question est de savoir s’il peut tuer le groupe noir ou non ? À vrai dire il n’a qu’un seul coup à essayer. Je vous laisse vous convaincre que tous les autres coups se font contrer immédiatement par noir.

Blanc fait donc un double atari sur les deux groupes de pierres noires ! On voit difficilement comment noir va réussir à faire vivre ça. Il a donc le choix entre sauver le groupe de 4 pierres, ou sauver le groupe de 2 pierres. S’il sauve le groupe de 4 pierres, blanc capture les deux pierres, on noir ne sait plus quoi faire :

Mais que se passe-t-il si noir sauve ses deux pierres ?

Blanc capture les 4 pierres. C’est la fin pour noir !

Vraiment ? Je ne vous pas montré ce tsumego pour aboutir à une conclusion aussi nulle que « rien ne marche, noir est mort » 🙂

Bien sûr que noir peut s’en sortir ! Il peut faire atari sur les pierres blanches 1/3 et les capturer :

Voilà donc comment noir peut faire vivre son groupe, malgré le fait de s’être fait capturer 4 pierres qui semblaient très importantes pour la survie du groupe. En fait ce que vous venez de voir là est appelé ishi no shita en japonais, « sous les pierres » en français. Si vous vous rappelez en début de séquence, il y avait 4 pierres noires en plus. Et la capture blanche de ces pierres a permis à noir de rejouer sur ces intersections, désormais vide ! Sous les pierres 🙂 Joli non ?


Le sacrifice sur la seconde ligne

Continuons notre étude avec un autre type de sacrifice, qui est très fréquent en partie.

On va donc ici s’intéresser directement à une situations provenant d’un joseki très classique. Prenons la position suivante :

Si c’est à blanc de jouer, il peut presser noir sur le bord en jouant cette séquence :

Le dernier tobi noir laisse quelques faiblesses dans sa forme. Blanc peut viser celles-ci avec le coup suivant :

Noir a envie de répondre par un hane à ce dernier coup blanc, la forme est tentante !

Et pourtant c’est exactement ce que blanc attendait ! Il va maintenant pouvoir pousser en A sur l’image précédente, et exploiter la faiblesse chez noir

Noir a maintenant deux possibilités, capturer la pierre blanche en A, ou bien connecter en B.

Regardons d’abord ce qu’il se passe si noir connecte en B :

Blanc joue alors en 2, et capture les deux pierres noires marquées ! C’est un résutalt catastrophique pour noir, surtout que sa pierre initiale en A est quasiment morte également. Bref, noir s’est fait avoir.

Si au contraire il décide de capturer la pierre blanche :

Blanc sacrifie sa pierre pour capturer une autre pierre noire avec un shicho. Cela marche évidemment si le shicho est bon pour blanc. Sinon il aura pu au préalable jouer un coup pour le faire marcher. J’en parle également dans cet article.

C’est encore une fois un résultat bon pour blanc. Mais alors, si ni A ni B n’est un bon coup pour noir, que faire ? En fait le problème vient en amont quand noir a fait hane !

Ce coup laissait trop de faiblesses chez noir pour qu’il puisse le jouer sereinement. Une meilleure alternative pour noir aurait été de connecter solidement en A sur l’image précédente :

Bref, mais pourquoi je vous montre ça en fait ? Notre sujet d’étude était pourtant le sacrifice ! Et bien vous ne vous en êtes peut-être pas rendu compte, mais c’est bien la technique que blanc a utilisé pour punir noir avec son hane téméraire :

Blanc 5 est ici le sacrifice joué par blanc qui laisse à noir le choix de jouer A ou B.

Cela vous rappelera peut-être la séquence que l’on a vu dans l’article sur les mauvais échanges :

Ce genre de forme arrive très souvent en partie, et ici encore noir peut exploiter la faiblesse blanche en poussant et coupant :

C’est le même type de sacrifice que celui que l’on vient de voir juste au dessus.


Ishi no shita, vol. 2

Revenons à nos tsumegos ! J’en ai un pour vous qui implique beaucoup de petits sacrifices pour faire des faux yeux. La séquence finale va vous plaire 🙂

C’est donc à noir de jouer dans la situation suivante :

Commençons par regarder un peu la situation, noir a déjà un œil en A. Pour pouvoir vivre, il va donc devoir chercher à capturer les deux pierres blanches marquées pour faire son deuxième œil :

Essayons donc de les capturer en faisant un simple atari :

Blanc n’a aucun moyen d’empêcher la capture de ses deux pierres. S’il joue simplement en 1, noir capture en 2 et ce dernier est vivant avec un œil en A et un en B :

Cependant blanc avait un meilleur coup dans la situation précédente. Le voici :

Les deux pierres blanches sont toujours en atari, noir les capture donc :

La pierre blanche 1 est maintenant elle aussi en atari ! Blanc va devoir la sauver s’il veut avoir un espoir de tuer le groupe le noir. Mais comment faire ?

S’il se contente de reculer en 1, noir connecte en 2 et fait encore une fois ses deux yeux en A et en B :

Bref, il ne reste donc plus grand chose de viable à tester pour blanc. Blanc a déjà une pierre en atari, pourquoi ne pas en rajouter une deuxième 🙂

Stupide me direz-vous ?! Et bien c’est au contraire une très bonne idée ! La situation parait un peu dure à lire. Voyez-vous ce qu’il va se passer si noir essaie de capturer blanche 1 ?

C’est un snapback ! Noir vient de se faire avoir.

Il lui reste donc une possibilité, capturer l’autre pierre blanche :

Mais cette fois-ci la situation a changé si blanc recule :

Noir a toujours un œil en A, mais B est maintenant un faux œil ! Blanc a sacrifié subtilement une pierre pour créer un faux œil, joli technique.

Vous avez peut-être pensé à faire atari de l’autre côté en début de séquence :

En fait cela aboutit à la même séquence, avevc un ordre de coups inversé :

Noir est mort encore une fois…

Bon vous vous doutez bien que si je vous ai présenté ce problème, dans lequel c’est à noir de jouer initialement, c’est qu’il y a une solution !

On a donc vu que ni A ni B ne permettent à noir de s’en sortir :

Que nous reste-t-il donc à tester comme coup ? Pas grand chose à vrai dire.

Que diriez-vous d’essayer cet angle vide

Comment ça je vous ai dis de ne pas faire d’angle vide ? Bon si c’est pour faire vivre un groupe, on peut faire exception, non ? 🙂

Et là je vous vois venir au quart de tour : « mais ça marche pas ton angle vide, blanc peut capturer les trois pierres noires très simplement en faisant atari ici »

Hmm… Ne sentez-vous pas venir le sacrifice noir ?

Comment ça « non » ?! Eh bah moi si ! Quitte à donner 3 pierres, pourquoi ne pas en rajouter une quatrième 😈

Et blanc se frotte les mains, miam miam

Est-ce la fin ?

Bien sûr que non ! Une grosse coupe s’est créée dans la forme blanche, que noir va se dépêcher d’exploiter :

Les trois pierres blanches sont mortes, et noir est vivant 🙂

Un peu compliqué je l’admet. Mais avouez que la séquence est jolie !


Le sacrifice dans le yose

Pour cette dernière partie, on va voir que sacrifier des pierres peut aussi vous faire gagner des points dans le yose.

Regardons la situation suivante :

La frontière du territoire blanc est bien ouverte ! Il aimerait bien pouvoir la fermer ( la frontière 🙂 )

S’il se contente de faire atari :

À ce stade, blanc peut continuer localement et fermer en A ou en B, mais il finirait alors la séquence gote. Il préférera souvent jouer ailleurs.

Noir dispose alors d’une bonne continuation derrière pour erroder le territoire blanc :

Une autre alternative pour blanc est de jouer le coup 1 suivant au lieu de faire atari :

Et voici donc une nouvelle technique impliquant un sacrifice. Au lieu de se laisser capturer une seule pierre, blanc en rajoute une deuxième ! La séquence continue avec noir qui capture ces deux pierres :

Comme dans la séquence précedente, à ce stade blanc voudra sûrement faire tenuki. La suite sera donc le privilège de noir :

Bien, mais qu’a donc gagné blanc à sacrifier une pierre de plus ? Prenons les deux situations pour comparer :

La différence entre ces deux situations et de 2 points en faveur de blanc dans celle où il sacrifie une pierre supplémentaire. Ça a l’air de rien comme ça, mais blanc n’a strictement rien à perdre à jouer la séquence avec le sacrifice plutôt que l’autre, donc autant la jouer, ce sont 2 points grapillés facilement. Et 2 points par-ci, 2 points par-là… À la fin de la partie ça peut faire toute la différence 🙂


Exercices

Voici quelques exercices pour vous entraîner. Si vous avez du mal, c’est normal. Ils ne sont pas faciles. Pour vous aider, essayez de garder à l’esprit qu’il va falloir sacrifier une ou plusieurs pierres pour résoudre le problème.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Bref, ne vous attachez pas à vos pierres ! Il vaut parfois mieux sacrifier une ou plusieurs d’entre elles pour obtenir quelque chose de plus intéressant en retour.

Poster un Commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.