La forme en L est morte, vive la forme en L !

La forme en L est morte, vive la forme en L !

Bonjour

Forme en L

Le groupe noir dans le coin est mort.

Voilà, si vous êtes pressés vous pouvez vous arrêter là. C’est globalement la moitié de ce qu’il faut retenir de ce cours. En fait, que vous compreniez ou pas pourquoi le groupe noir est mort n’est pas le plus important. Le simple fait de le savoir et d’être en mesure de reconnaître la forme en partie va vous sauver un temps précieux. Si vous jouez les blancs, pas besoin de perdre votre tour à rajouter un coup « pour être sûr que ça soit mort ». De même si vous êtes noir, inutile de vous débattre en vain, et gaspiller bêtement d’éventuelles menaces de ko.

Plusieurs noms sont parfois donnés à cette forme, je garderai celui de forme en L car c’est visuel et simple à retenir.

La forme en L est morte, voilà.

Bien, mais ça constitue la moitié de ce que vous devez retenir, quelle est donc l’autre moitié ?

La forme en L+2 est vivante !

Comment ça, vous vous demandez « c’est quoi L+2 » ? C’est comme la forme en L, mais avec une pierre supplémentaire de chaque côté : L+2 !

Forme en L+2

Mais là on est passé de forme en L à forme en L+2, qu’est-ce qu’il se passe si on a simplement une forme en L+1 ?

Les deux formes en L+1

Eh bien tout tombe assez naturellement. La forme en L est morte, la forme en L+2 est déjà vivante, et les deux formes en L+1 vivent ou meurent selon qui joue en premier (noir ou blanc) !

Simple à retenir non ? Bon je vous vois venir : « Ouais mais pourquoi c’est mort ou vivant ? On veut des explications ! ». J’y arrive, ne partez pas !

Avant de rentrer un peu plus dans les détails, j’aimerais bien vous faire comprendre à quel point il est important de retenir le statut (vivant, mort ou autre) des groupes dont on parle. C’est selon moi, encore plus important que de savoir en pratique comment faire pour vivre ou tuer. Comme je l’ai déjà dit plus haut, connaître le statut d’un groupe en reconnaissant sa forme vous évite d’avoir besoin de lire une séquence pour savoir s’il est possible de tuer.

On va voir de plus à la fin de cet article des cas concrets où connaître le statut d’une forme vous donne un gros avantage dans un tsumego.

Attention cependant à ne pas confondre les formes. Les séquences que l’on va voir dans ce cours s’appliquent uniquement aux formes en L, L+1 et L+2. Par exemple, cette forme :

Elle ressemble pas mal à un L+2, mais je vous laisse comparer avec l’image plus haut pour bien voir les différences. Attention donc aux confusions !


La forme en L : déjà morte

Bien, maintenant que l’on sait de quoi on parle, on va commencer à regarder quelques séquences. Commençons avec la forme en L, qui est déjà morte (rappelons-le déjà !).

Première tentative de faire vivre le groupe pour noir :

Blanc doit donc trouver le coup pour tuer. Ici la question n’est pas « est-ce que blanc peut tuer ? » mais plutôt « comment tuer ? ». Vous comprendrez rapidement que savoir à l’avance qu’on peut tuer un groupe change énormément votre vision du problème.

Si vous vous sentez un peu perdu sur comment aborder un problème de vie et de mort, voici un premier conseil : toujours essayer le hane en premier.

Si le hane marche, tant mieux ! C’est le coup le plus simple auquel vous pouvez penser pour essayer de tuer un groupe adverse, donc considérez le en premier avant de réfléchir à des séquences plus compliquées si le hane ne fonctionne pas.

D’ailleurs ici, ça marche très bien. Peu importe ce que noir essaie pour lutter, il meurt :

Noir est mort

Continuons avec une autre tentative pour noir :

Holà, on a l’impression que noir nous pose un sérieux problème ici ! Ça ressemble vraiment à un joli point vital au point 2-1 pour faire vivre le groupe.

Si on applique l’adage « le hane apporte la mort » que l’on vient de voir, noir répond alors sur le deuxième point 2-1 :

Dans les deux cas, le groupe noir est vivant avec deux yeux (les intersections marquées). Le hane ne marche donc pas dans ce cas. Mais que cela ne vous distrait pas pour le futur : il faut toujours envisager le hane en premier, avant de chercher un coup plus compliqué si ça ne marche pas !

L’avantage ici, c’est que ces deux tentatives avortées nous donnent un précieux indice : dans les deux situations, noir joue au point 2-1, pourquoi donc ne pas essayer de le jouer avant de lui laisser la chance de le faire ?

Cela ressemble encore une fois à un point vital ! D’ailleurs, la tentative noire de survivre avec 1 et 3 échoue lamentablement :

Le groupe noir est encore une fois mort… (mais on le savait déjà, non ?!)

Étudions une autre variation possible :

Vous devriez reconnaître une forme en 5 :

Normalement elle ne devrait avoir plus aucun secret pour vous ! Blanc tue facilement avec 1 et 3 :

Et enfin, voyons ce qu’il se passe si noir essaie d’agrandir son espace vital au maximum avec un nobi :

Dans cette situation, encore une fois le hane apporte la mort :

C’est encore une forme en 5.

Et si noir fait nobi de l’autre côté

C’est encore une fois hane et enfin point vital de la forme en 5.

Conclusion : la forme en L est morte ! Oui on se répète, ça fait pas de mal pour la mémoire 🙂


La forme en L+1 : comment la tuer

Passons maintenant à la forme en L+1. Vous allez voir que beaucoup de séquences que l’on vient de voir vont se retrouver ici.

Prenons la première forme en L+1 (n’oubliez pas qu’il y en a deux différentes) :

Si c’est à blanc de jouer et qu’il veut tuer le groupe noir, c’est très simple : hane !

À ce stade, il y a quelque chose dont vous devez vous rendre compte. Après le hane blanc en 1, la forme obtenue est la même que la forme en L que l’on a vue juste avant. Je vous les mets côte à côte pour comparaison :

Visuellement la forme n’est pas rigoureusement identique, mais en pratique les deux formes ont exactement le même statut. Cela vient du fait que noir a le même espace vital dans les deux cas. Par espace vital, j’entends les intersections dont noir peut se servir pour essayer de faire vivre son groupe.

Ainsi, toutes les séquences que l’on a vu précédemment s’appliquent à l’identique ! Si noir bloque en 1, cela devrait vous rappeler quelque chose :

C’est exactement l’avant dernière séquence que l’on a étudiée sur la forme en L.

Si noir joue en 1, on obtient un résultat identique à ce qu’on a vu pour la forme en L encore une fois :

Et voici une dernière pour la route :

Ici cependant il y a une toute petite différence, les deux pierres blanches sont en atari, donc noir peut les capturer.

Mais cela ne change rien au résultat final, car blanc sacrifie une pierre en 2 pour créer un faux œil, et empêche noir de sortir avec le coup en 4. Noir est mort.


Regardons maintenant la deuxième forme en L+1 :

Ici aussi, après le hane en 1, blanc réduit la forme noire à une forme en L que l’on a déjà étudiée :

Et encore une fois, toutes les séquences que l’on a vues sur la forme en L se retrouvent ici :

Pour la dernière séquence, on retrouve une situation similaire à celle que l’on a vue un peu plus haut, deux pierres blanches sont en atari, mais cela ne change rien à l’issue : noir est mort après le sacrifice blanc en 2 :

Conclusion : pour tuer une forme en L+1 un simple hane vous permet de réduire le problème à une forme en L, et ainsi de tuer le groupe proprement !


La forme en L+1 : comment la faire vivre

On a donc vu comment tuer les formes en L+1 si blanc avait le trait, voyons maintenant comment noir peut s’en sortir si c’est à lui de jouer.

Je rappelle qu’il y a deux formes en L+1 légèrement différentes. Et la façon optimale de faire vivre vos groupes avec ces deux formes n’est pas la même. Je ne vais pas rentrer dans les détails pour ne pas trop charger ce cours.

Pour la première des deux formes, le bon coup pour faire vivre votre groupe est le suivant :

 

Si blanc tente de casser l’œil en 1, noir bloque en 2 et fait vivre très facilement son groupe avec les deux yeux indiqués par des croix :

Je vous laisse tester d’autres attaques possibles pour blanc. Vous verrez que noir vit toujours facilement en jouant au point vital (l’intersection où blanc a jouée en 1 précédemment).

Pour la deuxième forme en L+1, le bon coup est de jouer en 2-1 :

De même noir est vivant sans problème. Si blanc attaque en 1, on peut immédiatement voir les deux yeux de noir quand il répond en 2 :

Regardons rapidement pourquoi ici il ne faut pas jouer au point 2-2 comme la précédente forme en L+1 :

Blanc commence par casser l’œil noir avec le coup 1, puis pousse en 3.

À ce stade, noir n’a pas d’autre choix que d’étendre au maximum son espace vital avec le coup 1. Blanc continue alors son attaque de l’intérieur en 2.

Le statut est un seki. Noir est donc vivant, mais il a perdu beaucoup de points par rapport à la séquence précédente où il pouvait vivre sans seki. Cela explique pourquoi noir aurait du jouer initialement en 2-1 et pas en 2-2.


La forme en L+2 : déjà vivante

J’ai spécialement gardé la forme en L+2 pour la fin car vous allez voir que la majorité des séquences que l’on a vues avant vont encore une fois se retrouver ici.

Globalement il n’y a que peu d’attaques sur la forme en L+2.

Par exemple si blanc fait hane à droite :

Cela ne vous rappelle rien ? C’est une forme en L+1 ! Noir a le trait, vous devez donc maintenant être en mesure de défendre cette attaque (sinon je vous invite à revoir ce qu’on a dit plus haut).

De même si blanc joue hane en haut :

C’est aussi une forme en L+1, noir s’en sort donc sans soucis.

Pour finir sur la forme en L+2 (eh oui, c’était rapide !), regardons ce qu’il se passe si blanc tente une attaque plus directe au cœur de l’espace vital de noir :

La défense se complique un tout petit peu, mais ne paniquez pas ! Noir commence par jouer en 1. Blanc 2 permet de casser l’œil noir en 1-1. Cependant, noir répond en 3 :

Après cette séquence, noir peut soit faire un deuxième en A, soit en B. Peut importe ce que joue blanc, noir pourra jouer l’autre coup : on appelle ça des coups miai. Noir est donc vivant !

Une deuxième attaque possible pour blanc est le coup 2 suivant :

Noir doit alors faire en atari en 3 avant de créer un œil en 5. Noir est vivant.


Un renfort : le hane

On connaît donc maintenant le statut de la forme en L et ses dérivées. J’aimerais cependant vous donner un petit avertissement : tout ce que l’on a vu s’applique dans des conditions « normales ». En partie réelle, les formes en L que l’on a étudiées pourront bénéficier de l’avantage d’un hane par exemple :

On peut voir ici une forme en L+1 avec un hane sur le bord. Cela réduit les options d’attaque pour noir. Si on applique aveuglément ce que l’on a vu plus haut avec le coup en 1 suivant :

Blanc ne peut plus connecter en A, car les trois pierres blanches se retrouveraient en atari et noir pourraient les capturer pour se créer un deuxième œil ! Cette séquence ne marche plus pour blanc. Voyez comme un hane peut faire une bonne différence en partie.

Mais rassurez-vous : le statut du groupe L+1 n’a pas changé. Il est toujours mort. Cependant blanc doit faire une attaque plus directe, en 1 :

Blanc crée une forme un peu bizarre, on a presque l’impression que c’est un seki. Mais non : le groupe noir est bien mort. Essayez de visualiser : si blanc comble toutes les libertés extérieures en fin de partie, le groupe noir sera en atari ! De même, si noir cherche à capturer les trois pierres blanches, il va simplement réduire lui-même son espace vital à une simple forme en 3.

Noir est mort.


Un autre renfort : le nobi

J’ai hésité à faire cette partie, mais je pense quand même devoir vous en toucher deux mots pour ne pas que vous vous fassiez surprendre en partie.

Voici donc un deuxième avertissement : si le groupe blanc possède un support d’attaque, avec un nobi, la situation se complique un peu pour la forme en L+2 (qui est vivante en condition normale) :

Dans cette première situation, noir est toujours vivant inconditionnellement, mais il doit faire plus attention à la façon dont il se défend. Si blanc réitère l’attaque que l’on a vu un peu plus haut :

Alors noir ne peut plus se contenter de faire simplement atari en 1, puis de jouer en 3 :

Car blanc peut alors jouer en 4, et tuer le groupe noir !

Noir doit donc changer de méthode pour se défendre :

Si blanc possède maintenant deux nobis (un de chaque côté) : alors le statut de la forme L+2 change et n’est plus vivant inconditionnellement.

C’est la seule exception à la forme en L+2, qui est normalement déjà vivante. Je ne vais pas rentrer dans les détails sinon on y serait encore demain, et cette forme est très très rare. Pour ainsi dire je crois ne jamais l’avoir rencontrée dans une de mes parties.

Ce qu’il faut retenir de ces exceptions, c’est qu’il faut toujours relire les séquences en partie, et ne rien jouer aveuglément. Savoir qu’un groupe peut être tué est une chose, le faire en est une autre ! Donc prenez votre temps. Si vous savez qu’un groupe est tuable, c’est déjà un avantage énorme pour vous. Vous pouvez ainsi chercher sereinement la séquence la plus propre pour capturer les pierres adverses.


Exercices

Bien, maintenant qu’on connaît le statut de la forme en L, vous allez voir avec quelle facilité certains problèmes de vie et de mort vont maintenant pouvoir être résolus. Essayez de les résoudre par vous-même avant de regarder la solution (donc ne descendez pas la page trop bas si vous voulez cacher les images).

On commence avec un facile : comment tuer le groupe noir ?

Solution

Il suffit simplement de réduire le problème à une forme en L :

Noir est mort !

Passons à un peu plus dur :

Attention au piège !

Solution

Si noir se contente de jouer en 1, blanc peut alors jouer un ko en 4 et 6 :

Ce n’est pas bon pour noir car il aurait pu tuer inconditionnellement !

Le bon coup est un tobi :

Grâce à ce dernier, noir réduit la forme blanche à un forme en L, c’est mort !

Et un petit dernier pour la route :

Solution

Blanc peut simplement pousser en 1 pour tuer :

Cependant noir peut essayer une fourberie pour s’en sortir, blanc va devoir se creuser un peu les méninges pour tuer le groupe noir !

Il doit d’abord casser l’œil en 1, avant de bloquer en 3 pour empêcher noir d’étendre son espace vital. Il achève ensuite la séquence avec 5 et 7 qui rappellent une variation que l’on a vue un peu plus haut sur la forme en L+1 avec un hane en renfort.


On touche à la fin ! Ce cours aura été plutôt long, avec beaucoup de séquences.

Comme je le disais en introduction, le plus important est de retenir le statut des groupes. Pour ce qui est des variations, vous les retiendrez à force de rencontrer des formes en L en partie, et croyez-moi c’est une forme très récurrente !

N’hésitez pas à poser vos questions en commentaire sur ce qui n’est pas clair.

Tchao !

Poster un Commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.