La base de vie et la stabilité au go

La base de vie et la stabilité au go

Ouvrez grand vos oreilles (ou vos yeux), on attaque aujourd’hui un chapitre essentiel au go ! Celui là, mieux vaut ne pas le rater car il va vous être utile dans toutes vos parties à venir. Pour être honnête avec vous, j’ai mis du temps à l’écrire car j’ai trouvé ça assez difficile à expliquer simplement. Si quelque chose n’est pas clair pour vous, n’hésitez pas à me le dire en commentaire.

Mais alors la base de vie, à quoi ça sert ? Et qu’est-ce que c’est ? Pour vous donner une image, imaginez un arbre : si ses racines sont profondes et solides, il pourra pousser sereinement et vous aurez beaucoup de mal à le faire tomber. Si au contraire ses racines sont petites et fragiles, votre arbre risque fort de se faire maltraiter par tout et n’importe quoi, il vivra moins longtemps.

Votre groupe de pierres sur le goban, c’est votre arbre, et sa base de vie, ses racines.

Oui, je sais, j’ai raté une carrière dans la poésie 🙂


Pour commencer, j’aimerais en guise d’introduction vous poser une question : pourquoi accorde-t-on de l’importance aux pierres que l’on pose sur la plateau ? Déjà, il semble un peu contre productif de poser des pierres pour ensuite se les faire capturer, ça va de soit. Si c’est un gros dragon de 20 pierres qui meure, on comprend assez vite notre douleur. Mais si c’est un groupe plus petit on peut parfois mal juger la perte réelle qui se produit. Regardons un peu en terme de point ce que ça peut coûter de perdre un groupe, disons de 5 pierres :

La forme que je vous montre a très peu de chance d’arriver en partie, mais c’est pour l’exemple. Ici noir a un groupe de 5 pierres mortes (ça ne saute pas aux yeux mais prenez-le comme tel). Blanc en tire-t-il une dizaine de points pour autant ? Si on compte le territoire de blanc, on trouve quasiment 40 points :

Et oui, la mort du groupe a beaucoup renforcé le coin blanc à gauche, si bien que ce sont maintenant de solides points ! De plus les 5 pierres blanches tournées vers l’extérieur forment une très grosse influence qui pourra aider dans le futur. Localement blanc a joué 4 pierres de plus que noir, cela revient à dire que chacune de ces 4 pierres supplémentaires a rapporté en moyenne 10 points, sans compter l’influence. Croyez moi, il y a très peu de chance que noir ait engrangé 40 points de territoire solide pour 4 coups ailleurs sur le goban 🙂

Même si l’exemple est un peu artificiel, il n’en reste pas moins clair : perdre un petit groupe de seulement 5 pierres peut représenter un énorme solde de points à rattraper, mieux vaut donc prendre soin de vos groupes dès le début de la partie !


Intéressons nous donc maintenant en pratique à comment aider nos groupes de pierres pour éviter qu’ils ne se fassent méchamment tuer…

Dans ce début de partie très classique (presque trop :o), blanc joue le coup 1 pour réduire le potentiel de noir au nord. Ce dernier s’étend avec le coup 2 pour agrandir son coin au nord-ouest et également menacer la pierre blanche 1.

Blanc va donc très souvent jouer le coup en 3 pour étendre sa pierre et lui créer une base de vie. On rentre dans le sujet, mais on reviendra dessus un peu plus bas.

Voyons plutôt que se passe-t-il donc si blanc se permet de faire tenuki ? Noir va très certainement sauter sur l’occasion de pincer la pierre blanche avec le coup 4.

C’est un très bon coup car il étend son potentiel au nord est en plus d’attaquer la pierre blanche. Il fait d’une pierre deux coups en somme !

Cette situation est très délicate pour blanc, sa pierre n’est pas vivante et il n’a aucun moyen de faire deux yeux sur le bord du plateau car il est pincé par les deux pierres noires 2 et 4. S’il tente la séquence suivante :

Blanc peut facilement créer un œil en A, mais on voit difficilement comment il pourrait en créer un deuxième dans un espace aussi confiné !

Pour sauver sa pierre, il va donc devoir sauter vers le centre du plateau, par exemple avec le coup suivant :

Mais ce tobi ne crée aucun point de territoire ! Le groupe blanc est toujours faible : on ne voit pas de façon claire de faire deux yeux. De plus un coup noir d’un côté ou de l’autre risque encore de mettre beaucoup de pression sur le groupe blanc qui devra encore fuir pour survivre :

Avec le coup 2, noir continue d’attaquer les deux pierres blanches, et commence à créer des points solides sur le bord nord-est du plateau ! C’est une situation vraiment indésirable pour blanc, et elle a pour origine l’absence de base de vie de la pierre blanche initiale.


Regardons donc quelle est la différence si blanc répond au coup noir 2 :

Blanc échange les coups 3/4 et 5/6 avant de revenir stabiliser son groupe avec le coup 7.

Dans la séquence, blanc a créé une bonne dizaine de points, en plus d’assurer la parfaite vie de son groupe : il n’aura aucun mal à créer deux yeux localement si noir l’attaque. Il a de plus réduit le potentiel noir sur le coin nord-est.

Pour comparaison, dans la situation précédente blanc n’avait construit aucun point. Son groupe n’était pas en mesure de faire deux yeux, et c’est noir qui construisait des points au nord-est :

En plus de créer presque 20 points (!) de différence en terme de territoire entre les deux joueurs, dans la première situation le groupe blanc est vivant alors que dans la deuxième il ne peux pas vivre localement. Cela fait déjà deux bonnes raisons qui expliquent pourquoi créer une base de vie à ses groupes est important.

J’en rajoute une troisième : si à un moment dans la partie, blanc a besoin d’envahir la formation noire au nord-ouest, il va avoir de sérieux problèmes si son premier groupe de deux pierres n’est pas stable (vivant) !

Avec le simple coup 2, noir sépare simplement et efficacement la pierre blanche 1 des deux autres. Blanc possède maintenant deux groupes faibles, et même s’il arrive miraculeusement à faire vivre les deux, ce sera certainement au prix de beaucoup de territoires concédés à noir.

Dans la deuxième situation en revanche :

Blanc a déjà un groupe vivant à droite, il n’a donc pas à s’en préoccuper ! Il pourra ainsi gérer son invasion en 1 l’esprit léger, sans avoir le fardeau des deux groupes faibles à porter.


On commence maintenant à voir pourquoi il est capital de créer une base de vie pour ses groupes. En début de partie cela se traduit généralement par une extension sur la troisième ou quatrième ligne. Cela explique pourquoi les 4 coups suivants sont les plus joués pour étendre la pierre blanche 1 après avoir approché un hoshi :

Ces coups étendent la pierre 1 efficacement de telle sorte qu’il est difficile pour noir de séparer les pierres blanches. Si vous voulez en savoir plus sur les extensions sur la troisième ligne je vous renvoie vers cet article.

De manière générale, stabiliser un groupe revient souvent à jouer un coup qui l’étend sur le bord du plateau, voici quelques autres exemples :


Il y a tout de même un type de situation où on peut négliger la base de vie d’un groupe sans risque. Reprenons notre exemple du début :

Imaginons qu’après le coup blanc 1, noir décide simplement d’étendre son coin avec le coup 2 au nord-est. Que faire avec blanc ? Eh bien c’est tout simple : vous pouvez jouer ailleurs sans problème ! Le coup noir 2 ne met pas de pression particulière sur la pierre blanche 1, si bien qu’elle a maintenant deux directions possibles pour s’étendre et créer une base de vie :

Jouer simplement en A ou en B ne fait que peu de territoire (environ 4 points). S’il reste des gros coups sur le goban à jouer, le mieux est simplement d’aller jouer directement ces gros coups !

Si noir décide par la suite d’attaquer la pierre blanche, il suffit de s’étendre du côté où il y a le plus d’espace :

C’est aussi simple que ça.


Bien, on arrive maintenant au paragraphe un peu délicat où je vais vous expliquer que tout ce que j’ai dis avant c’était du vent 🙂 Bon je blague un peu en disant ça mais il y a une part de vérité que vous découvrirez en progressant. Au go il faut comprendre qu’il n’y a rien de définitif. Le jeu offre tellement de possibilités et de situations différentes qu’il est impossible d’établir des règles absolues qui s’appliqueront dans toutes vos parties sans exceptions. Vous trouverez forcément des contre-exemples un jour ou l’autre.

Pour vous donner une idée générale, moins votre groupe comporte de pierre, moins il est grave de négliger sa base de vie. À l’inverse plus un groupe sans base de vie contient de pierres, plus il va être lourd.

Par exemple il n’est pas rare à plus haut niveau d’approcher un hoshi, puis de jouer autre part :

En fait c’est un peu un exemple qui illustre ce que je vous ai expliqué précédemment. Une fois que blanc a répondu avec le coup 2, noir a deux possibilités de directions, il peut rentrer dans le coin avec le coup A, ou bien s’étendre en B. Il peut donc envisager de ne jouer aucun des deux et faire tenuki.

Un autre exemple avec Alphago, qui a ouvert les yeux a beaucoup de professionnels en 2016 lors de ses cinq parties contre Lee Sedol. Voici le début de la seconde :

Le joseki voudrait que noir joue le coup 13 en A pour établir une base de vie aux trois pierres noires en bas à droite, c’était une séquence extrêmement standard auparavant. Mais Alphago en a décidé autrement et a joué sur le bord nord du goban ! Et pour cause, il est en réalité assez difficile d’attaquer sévèrement les trois pierres noires, c’est pourquoi l’IA a préféré jouer un très gros coup plutôt qu’un coup de base de vie.

Beaucoup de choses ont changé depuis les parties d’Alphago, j’en parle d’ailleurs ici si vous êtes intéressés.

Ce que j’essaie de vous dire, c’est qu’établir une base de vie n’est pas toujours un impératif. Cela demande cependant une profonde maîtrise du jeu pour réussir à juger quand un groupe nécessite une base de vie et quand vous pouvez vous en passer. Dites vous qu’avant Alphago 99% des professionnels auraient joué un coup en A ou dans les alentours pour stabiliser les trois pierres noires dans l’exemple précédent.

Pour l’heure, tant que vous êtes débutant, il sera beaucoup plus simple et efficace d’établir une base de vie à vos groupes en toute circonstance. Vous aurez ainsi des fondations solides dans votre progression et pourrez sainement prendre des initiatives par vous-même avec l’expérience. C’est ce que je vous recommande de faire 🙂

Cheers

2
Poster un Commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

plus récent plus ancien
kurun

Belle explication bien limpide et très pédagogique… on dirait, en lisant ces lignes, que le go est vraiment un jeu très facile… mais pourquoi est-ce que je n’arrive pas à faire des progrès ? 😉
Continue ainsi ! Peut-être que j’y arriverai en te lisant ?